Mes Fantasmes me font Peur, faut-il Consulter ? | Psycho

Que seraient les fantasmes si nous en avions une maîtrise totale ? Seraient-ils tout aussi importants à nos yeux et aurions-nous toutes ces peurs ? Mais justement, la réalité est tout autre, ils nous échappent totalement, nous surprennent, nous interrogent sur notre propre personnalité. Tentons de décrypter ces rêveries pulsionnelles, pour mieux les apprivoiser.

Les fantasmes : ces électrons libres

S’il existe une première chose à signifier sur les fantasmes, c’est qu’ils ont leur propre autonomie. C’est par cet aspect même, qu’ils sont une vraie source d’inquiétude, ils vivent, se manifestent indépendamment de nous. Ils sont d’autant plus perturbants qu’ils sont généralement aux antipodes de ce que nous sommes ou pensons. Ils agissent parfois comme un dédoublement de soi, dans lequel nous ne nous reconnaissons pas toujours. Ils viennent nous déranger dans nos certitudes. Comment ? Ils prennent un malin plaisir à enfreindre notre éducation d’une part et d’autre part, si nous tentons de les disséquer, ils restent bien souvent incompris.

Fantasme et prise de recul

Il existe deux types de fantasmes : la transgression imaginaire saine, positive pour notre santé et le fantasme pathologique, tel que le fétichisme, sadisme etc.

Dans les fantasmes, pour ne pas se laisser envahir trop négativement, il est nécessaire de savoir les mettre à distance de soi, de dédramatiser et de les voir comme une expression fantaisiste de nos pensées les plus intimes.

Si vous êtes en couple et que vous vous surprenez à rêver d’un autre partenaire, ne tombez pas dans le psychodrame, pensant que vous voulez le tromper, que vous ne l’aimez plus ou que vous avez une insatisfaction sexuelle. Le rôle du fantasme est de nous délivrer des renseignements sur notre propre sexualité.

Voici un début d’explication à ce phénomène : notre psychisme différencie l’acte sexuel du sentiment amoureux. L’inconscient qui exprime nos fantasmes n’a rien de moral, c’est notre conscience qui agit avec éthique.

Un point important à retenir, laissez vos fantasmes se manifester dans vos relations, même s’ils ne correspondent pas à l’image que vous êtes, car c’est le propre du fantasme de venir réveiller des désirs qui sommeillent en vous.

  • Exemple de fantasme commun :

Les fantasmes homosexuels, aussi tabous soient-ils, sont intrinsèquement liés à la nature humaine. Nous avons tous, ce désir homosexuel refoulé. Ce n’est pas parce que nous avons cette aspiration en rêve qu’elle doit devenir une réalité. Et même si vous vous autorisiez à vivre cette expérience réellement, ce n’est pas pour autant la preuve d’une homosexualité évidente ! Voyez le simplement comme la possibilité de vivre ce désir inconscient, afin d’expérimenter une nouvelle aventure de vie et acceptez la part homosexuelle qui est en vous.

Quand s’inquiéter de ses fantasmes et consulter ?

Par exemple, si vous vous retrouvez systématiquement à aborder un acte sexuel, avec l’injonction de fantasmer pour pouvoir ressentir du plaisir, nous rentrons ici dans une forme du fantasme qui n’est pas constructive. Cela peut sous entendre une défaillance dans la relation et venir dire que vous avez ce besoin de fantasme comme une échappatoire. De même, le fantasme doit rester du domaine de l’imaginaire, car il est un stimulant sexuel, dès lors qu’il veut être systématiquement réalisé, il ne relève plus du fantasme, il sera donc la aussi intéressant de se pencher dessus avec l’aide d’un professionnel.

Avoir des rêveries de scènes érotiques, un peu délirantes, loufoques, n’est en rien négatif. Cela signifie une bonne santé libidinale.

Par contre, dans le cas de frustrations sexuelles, les fantasmes prennent un nouveau visage, beaucoup plus proches du réel. Les scènes sont basiques, avec un partenaire précis (quelqu’un qui vous plait par exemple). Ici le fantasme vient panser un manque. Dans ce type de situation, il est important de s’interroger, sur les lacunes dans sa relation, les sources d’insatisfaction. Dès lors que ces pulsions prennent le dessus sur vous-mêmes, si vous ressentez un malaise, une honte ou culpabilité. Il devient nécessaire de consulter pour comprendre ce que cela sous-entend.

Ces rêveries ou pulsions, viennent raconter quelque chose de vous ou de ce que vous vivez à cet instant. C’est à ce moment précis que la question de consulter ou non peut faire son apparition.

Quand le fantasme se retrouve sur le divan du psy

Les fantasmes peuvent en effet générer de l’angoisse et une mauvaise appréciation de sa personne. Vous pouvez glisser petit à petit vers un auto-jugement très sévère vous qualifier d’anormal, pervers. Ne restez pas seul sans réponse, confiez vous auprès d’un spécialiste qui saura vous rappeler le rôle du fantasme et vous redonnera une grille de lecture sans jugement. Le spécialiste analysera ce que traduisent vos fantasmes en termes de besoins. Il placera également le fantasme dans le contexte du couple, pour vous expliquer ce qu’il évoque dans votre relation mais aussi dans votre sexualité.

La sexualité est avant tout le corps qui parle. Dans ce domaine, l’importance est de ne pas imposer ses choix personnels à autrui. Tout un équilibre à trouver, car s’il ne faut pas ordonner ses désidératas, en parallèle il demeure primordial de rester attentif et à l’écoute de ses désirs et envies, pour un meilleur épanouissement personnel.

Regardez vos fantasmes, comme une comédie, dans laquelle parfois, nous avons envie de changer de costume. Ce n’est pas tant les caractéristiques d’une épreuve qui doivent vous amener à décider d’une thérapie ou non, demandez vous toujours comment vous ressentez cette épreuve et comment vous la vivez ? Si elle est invalidante, bloquante, et que vous ne trouvez pas les moyens de vous en extraire, une thérapie devient alors nécessaire.

Qui dit thérapie ne dit pas forcément longue durée, elle peut tout à fait être ponctuelle et une sorte de guidage pour vous rassurer et retrouver la voie de la sérénité. Le fantasme est en quelque sorte comme un outil pour mieux se connaître, à vous d’en faire bon usage.

On partage ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire