Faire l’Amour entre Femmes : bonne ou mauvaise idée ?

En tant que femme, peut-être avez-vous déjà été attirée par une autre femme. Curiosité ou véritable désir sont loin d’être rares en la matière et les sentiments peuvent varier énormément. Mais de là à sauter le pas… Vous vous demandez si faire l’amour entre femmes est réellement une bonne idée ? Nous avons réalisé pour vous un vaste tour de la question ! Voici tout ce qu’il faut savoir avant de sauter le pas et d’oser faire l’amour entre femmes.

Pourquoi il semble simple qu’une femme désire une autre femme

Faire l’amour entre femmes n’est plus vraiment un tabou

Sans doute l’avez-vous remarqué, il est souvent plus simple pour une femme d’être à l’aise avec ses attirances homosexuelles. Elles sont nombreuses à s’avouer au minimum bi-curious et à ne pas être dérangées par l’idée de faire l’amour entre femmes, même si elles ne sont pas forcément attirées par cette expérience. Certaines études ont même révélé que, ces dernières années, le phénomène allait croissant !
Une enquête de 2007 intitulée « Contexte de la sexualité en France » annonçait que 4 % des Françaises avaient déjà été impliquées dans des pratiques sexuelles avec des partenaires de même sexe et 6,2 % ont déjà ressenti de l’attirance pour une autre femme. Elles étaient à l’époque 0,5 % à se définir comme lesbiennes et 0,8 %, comme bisexuelles.
Pas tout à fait 10 ans plus tard, en 2016, les chiffres avaient bondi. Une enquête menée par Ifop et parue en décembre révèle que 10 % des femmes interrogées ont déjà eu une relation homosexuelle ! Et presque le quart des Françaises avoue avoir déjà éprouvé de l’attirance pour une autre femme : elles sont 24 % à l’avoir déjà ressenti. Aujourd’hui, les femmes se déclarent lesbiennes à 1,5 % et bisexuelles à 2,9 %.

Des disparités entre hommes et femmes sur le plan de l’attirance homosexuelle

Cette forte augmentation de femmes avouant ouvertement leurs attirances homosexuelles révèle bien sûr une plus grande liberté de mœurs et une levée progressive du tabou sur l’homosexualité féminine. Or, chez les hommes, si les homosexuels revendiqués sont plus nombreux, ils ne sont que 10 % à avouer avoir un jour ressenti de l’attirance pour un autre homme. Une disparité qui peut sûrement s’expliquer par les préjugés portés sur l’homosexualité masculine :
Les femmes étant habituellement considérées comme plus communicatives et sensuelles que les hommes, les relations lesbiennes sont moins taboues. Tout simplement parce que faire l’amour entre femmes n’implique pas la remise en cause de leur féminité : elles ne sont pas réduites par leurs fantasmes. Les hommes conservent pour la majorité d’importants préjugés à cet égard : un homme qui serait attiré par un autre homme, même sans passer à l’acte, voit trop souvent sa virilité fortement remise en question, y compris par lui-même.

Pourquoi il est en réalité compliqué pour une femme hétéro d’avoir une aventure lesbienne

S’il peut donc être relativement simple pour une femme d’avouer sa curiosité ou son désir de faire l’amour entre femmes, il est en revanche bien plus compliqué de passer à l’acte.
Déjà à cause d’appréhensions toutes simples : une femme hétérosexuelle sait comment fonctionne le désir des hommes. En tout cas, elle l’a expérimenté et elle sait à peu près comment le provoquer ou y réagir. En revanche, le désir féminin lui est inconnu : Comment plaire ? Comment draguer ? Vais-je plaire à une fille ? Comment lui dire ?
Cette appréhension est la même face à un corps de femme. Ce n’est pas parce qu’elle sait prendre du plaisir seule avec la masturbation que ce sera la même chose avec une autre femme ! Elle se base habituellement sur ses propres ressentis pour agir, mais là, c’est un corps nouveau, étranger. Et il y a un peu de pression du style « Je suis une femme, je devrais savoir m’y prendre ! ». En réalité, c’est un peu comme redevenir vierge : on ne sait pas quoi faire ni comment décoder l’autre.
En plus de ces craintes très basiques, il peut encore s’avérer difficile de s’avouer à soi-même que l’on désire faire l’amour avec une autre femme. Cela peut signifier dévier de l’idée que l’on se fait de soi, ne pas se reconnaître, avancer sur un terrain de soi totalement inconnu.
Le préjugé peut encore exister que, pour être pleinement femme, on doit forcément n’être attirée que par les hommes. Le désir peut avoir du mal à aller contre ce lourd héritage inconscient qui juge que faire l’amour entre femmes est contre-nature. Rappelons que l’homosexualité n’a été pleinement dépénalisée en France qu’en 1982 et que l’attirance pour une personne du même sexe était encore considérée comme une maladie psychiatrique en 1992 !

Qu’est-ce que cela fait de faire l’amour entre femmes ?

Les nombreux témoignages vont tous dans le même sens : faire l’amour entre femmes est fondamentalement différent de faire l’amour avec un homme. Ce n’est ni « mieux », ni « pire » : ce sont deux choses parfaitement incomparables. Comme en nourriture : on ne compare pas salé et sucré ! Il y a des choses salées comme des choses sucrées que l’on adore et il n’est pas vraiment possible de dire ce que l’on préfère en comparant les deux côtés. On ne peut pas utiliser les mêmes critères pour définir ces expériences.
En revanche, on peut essayer de synthétiser l’amour entre femmes à travers ses points les plus marquants lors d’une première fois :
– La douceur. La douceur de la peau, des lèvres, des joues est une chose qui marque en priorité.
– Les formes. Il est très troublant de découvrir une autre poitrine que la sienne !
– La complicité. Il est plus simple d’établir une complicité immédiate avec sa partenaire. Plus facile de communiquer pendant l’acte.
– La durée. Faire l’amour entre femmes dure généralement plus longtemps.
– L’ambiance générale. Il semble qu’il n’y a pas la même pression de la performance que peuvent ressentir femmes et hommes quand ils couchent ensemble.
Au final, on a l’impression d’un moment de flottement, doux, un peu éthéré. Les femmes qui l’ont vécu témoignent d’une expérience très troublante. Il peut arriver que certaines expriment leur préférence pour l’amour avec un homme, car elles y trouvent une dimension plus animale, ce qui ne s’est pas retrouvé dans leurs expériences féminines.
Dans tous les cas, nous n’avons pas trouvé de témoignage indiquant des regrets, sauf dans le cas de tromperie : certains hommes ne jugent pas que leur compagne les trompe si elle couche avec une femme, mais cela peut profondément en déstabiliser d’autres. Si vous êtes en couple, il faut donc faire en fonction de votre partenaire et agir en connaissance de cause ! L’important est de ne jamais culpabiliser une fois l’expérience vécue. Lorsque l’on ressent profondément le désir ou la curiosité de faire l’amour entre femme, il faut passer le cap, sinon c’est là que pourront survenir les regrets ! Toute expérience est bonne à prendre quand elle est le résultat d’un désir sincère. C’est à chaque femme de juger si elle souhaite ou non sauter le pas.

On partage ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire