S’inspirer du Porno : Une si Mauvaise Chose ?

S'inspirer du porno

On nous l’a souvent répété : S’inspirer du porno au lit n’est vraiment pas bon pour notre sexualité. Le film pornographique serait un amalgame de clichés plutôt néfastes pour notre estime de nous et notre imagination. Trouver des idées dans le porno pour pimenter notre vie sexuelle conduirait nécessairement à un certain malaise pour l’un ou l’autre des partenaires. Mais la pornographie est-elle vraiment si néfaste pour notre vie sexuelle et amoureuse ? Reprenons ensemble quelques points du débat !

3 problèmes lorsqu’il s’agit de s’inspirer du porno

Souvent décriés, les films pornographiques posent en effet un certain nombre de problèmes objectifs s’ils doivent servir de source d’inspiration.

Des corps ultra-sexualisés

Déjà, parce que les corps qui sont mis en scène dans le porno sont loin de la réalité de monsieur et madame Tout-le-monde. Les vrais gens ont tendance à posséder des poils et ne sont pas souvent pourvus de seins gros comme des obus ou de pénis de la taille d’un vaillant concombre. Sans parler de ces vulves d’adolescente où rien ne dépasse grâce à la magie de la chirurgie esthétique…

S’inspirer du porno, c’est donc prendre le risque de complexer sévère sur nos propres imperfections physiques.

Entre classicisme et extrêmes

Côté pratiques, on n’est pas forcément mieux servis. Les films pornographiques semblent tantôt proposer une gymnastique particulièrement extrême et tantôt faire preuve d’un flagrant manque d’imagination en enchaînant toujours la même suite : fellation, pénétration, sodomie, éjaculation faciale. Les possibilités d’inspiration dans le porno semblent donc particulièrement limitées !

Un imaginaire jugé dangereux

Enfin, s’inspirer du porno peut poser problème du point de vue du consentement féminin. Dans ce monde parallèle où les femmes sont insatiables et prêtes à tout, le désir est constamment à son paroxysme. De telles représentations sont parfois perçues comme un risque pour les femmes d’être considérées comme des assoiffées de sexe chez qui un « non » veut dire « oui ».

Sans compter que les films pornographiques les représentent souvent dans une position soumise, où elles sont malmenées par un homme dominateur, voire violent…

Films pornographiques et réalité

Pourtant, les discours alarmistes sur les films pornographiques comme source d’inspiration néfaste semblent oublier le principal : personne ne croit réellement que cela se passe comme ça dans la réalité. Au même titre, personne n’est convaincu que les films à l’eau de rose sont un calque de nos vies sentimentales.

Bien sûr, dans le porno comme dans tout autre genre cinématographique, on peut se reconnaître dans certains aspects ou s’identifier dans certaines situations. Mais il est finalement impossible de croire qu’il y a tout à prendre et rien à jeter !

Le porno est une sorte de représentation extrême de nos fantasmes. C’est un imaginaire dans lequel on se projette pour voir « ce que cela donnerait en vrai ». Cela ne veut pas forcément dire que l’on souhaite faire la même chose, mais une fois le film considéré pour ce qu’il est (de la fiction), il n’est pas exclu de s’inspirer du porno pour le bien de notre vie sexuelle !

Le porno comme source d’inspiration positive

En gardant à l’esprit que le but n’est pas de calquer tout ce que l’on voit, le porno peut finalement se révéler une source d’inspiration plutôt bienfaisante pour pimenter et renouveler notre vie sexuelle.

Les multiples formes de porno

Comme nous l’avons vu, le porno met souvent en avant le même imaginaire limité (femme soumise, toujours les mêmes pratiques dans le même ordre). Pourtant, avec un peu de curiosité pour le sujet, on se rend vite compte que les films pornographiques sont en réalité d’une très grande diversité.

Tous les fantasmes existent dans le porno ! Surtout avec sa généralisation sur le web… Rappelle-toi la règle 34 de l’Internet : « Si ça existe, il y a du porno à ce sujet. » En procédant à quelques recherches, on peut trouver des images de tout ce qui pourrait nous attirer et explorer de très nombreux imaginaires érotiques. Hétéro, gay, lesbien, transgenre, triolisme bisexuel ou non, la large gamme du BDSM ­– avec aussi des femmes dominatrices –, tous les fétichismes les plus saugrenus

Certes, les mêmes codes sont souvent les plus visibles, mais il existe une infinité de domaines, plus ou moins artistiques, plus ou moins underground et plus ou moins originaux. On peut considérer le porno comme une énorme encyclopédie visuelle de tout ce que la sexualité humaine a à offrir et qu’il est possible de fantasmer.

Comment s’inspirer du porno ?

Dans toute cette diversité, et à moins d’être asexuel, il existe forcément quelque chose qui nous fera envie à réaliser et que l’on n’a pas forcément encore osé essayer. S’inspirer du porno, c’est aussi simple que cela ! Attention toutefois : il est possible de fantasmer sur des pratiques et des situations que l’on n’a pas envie de voir se réaliser…

Mais avec le sentiment d’identification que l’on peut ressentir en regardant une actrice ou un acteur, le fait de découvrir quelque chose qui est réellement vécu par un autre être humain, là, sous nos yeux, cela nous permet de nous approprier un peu de ce qu’il ou elle ressent. Cette identification est un levier qui pourra peut-être nous permettre d’oser franchir le pas pour tester quelque chose de nouveau.

Il faut bien garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas de reproduire exactement ce que l’on voit. Mais en regardant des films pornographiques, on peut faire naître des idées et des désirs dans notre esprit. Élargir notre imaginaire érotique avec des images et des sensations.

Après tout, certaines personnes trouvent des sources d’inspiration pour leur vie sexuelle dans la presse féminine ou dans des films sentimentaux… Le porno, c’est tout de même un peu plus rock n’ roll pour les curieux ! Au final, s’inspirer du porno, ce n’est pas faire du copier/coller, c’est seulement piocher des idées là où elles sont les plus nombreuses, les plus variées et représentées de la façon la plus explicite.

On partage ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire